« Sacrée croissance » le dernier documentaire de Marie-Monique Robin

Affiche_sacree_croissanceSi ce nom ne vous dit rien, peut-être que « Le monde selon Monsanto » ou  » Les moissons du futur » vous parlerons plus?

Après une avant-première sur Arte le 4 novembre 2014, Marie-Monique Robin a entamé une tournée  de diffusion de son dernier documentaire « sacrée croissance ». A travers les portraits de 10 femmes lanceuses d’avenir, la réalisatrice suggère des solutions alternatives à une croissance infinie toujours promise par nos élus, mais rarement tenue.
En abordant des thèmes aussi variés que la transformation de l’espace urbain par l’agriculture, la transition énergétique au quotidien, des monnaies alternatives pour lutter contre la pauvreté et encourager une économie locale, ce sont autant de visions optimistes pour évoquer Demain sans une croissance à tout prix, et surtout impossible dans un monde aux ressources limitées.
De nombreux témoignages complémentaires d’experts démontrent, entre-autres, que la croissance ne solutionne pas la pauvreté et le chômage, l’impact écologique du téléphone portable, de nos chers « blue jeans » etc…

Les prochaines diffusions auront lieu:
Mercredi 21 janvier 2015 à 20h, salle de la cité à Rennes(35)
Jeudi 22 janvier 2015 à 20h15 au ciné Manivel à Redon(35)
Et vendredi 23 janvier 2015 à 20h au cinéma Le Club à Fougères(35), suivie d’un débat et de la dédicace du livre.

La site internet du documentaire.

2de édition du festival Festibaie: du 14 au 16 mars 2014

L’association organisatrice du festival d’images nature de la baie du Mont St Michel est heureuse de vous convier à la seconde édition du festival!

Au programme: expositions photos, dessins, aquarelle etc mais aussi soirée courts-métrages, expositions extérieures, conférences, animations etc…

Le programme complet est disponible sur le site internet du festival: www.festibaie.org

Affiche_Festibaie_2014_web

Festibaie: 2ème édition du concours d’images nature de la baie du Mont St Michel

La seconde édition du concours est ouverte jusqu’au 23 février 2014 dans le cadre du festival d’images nature de la baie du Mont St Michel(Festibaie).
Affiche_Festibaie_2014_web

Tentez de remporter le grand prix d’une valeur de 700€ et d’un total de plus de 4000€ de prix parmi 9 catégories différentes:

  • Oiseaux,
  • mammifères,
  • autres animaux,
  • paysages,
  • courts-métrages,
  • baie du Mont Saint Michel
  • jeunes moins de 15 ans,
  • jeunes moins de 18 ans,

Inscriptions sur le site internet www.festibaie.org

Séjour observer et photographier les aurores boréales du 05 au 12 septembre 2014

C’est tout au nord de la Finlande, dans la région d’Inari que nous vous donnons rendez-vous pour ce séjour « spécial aurores boréales » 2014. En septembre, la taïga arbore de superbes couleurs automnales, qui sont aussi l’occasion de saisir de magnifiques ambiances de paysages.
aurore-boreale10-copie-1

Taiga_automne06_1359

Programme indicatif (le programme pouvant surtout varier dans l’ordre des jours en fonction des conditions météo)

Jour 1: Arrivée à Ivalo puis direction notre hébergement au bord de la rivière Ivalo, pot d’accueil, repas convivial puis direction un premier point de vue pour guetter les aurores si la météo le permet.

Jour2: Repos le matin si la nuit a été fructueuse, ou balade autour du chalet pour photographier la forêt. Après-midi: visite du musée Sami de Inari, relatant l’histoire et le mode de vie des éleveurs de Rennes. Photos de paysages en soirée. Nouvelle veillée aux aurores une fois la nuit venue.

Jour 3: Repos le matin si nuit passée à photographier les aurores. Direction le parc national de Lemmenjoki, à la rencontre d’un ancien village d’éleveurs de rennes après une randonnée facile de 6 km.
Nuit dans de petites huttes traditionnelles au toit végétalisé, au milieu de la taïga. Le confort y est minimal(ni eau ni électricité) mais l’endroit offre un des plus beaux points de vue de Finlande! Repas traditionnel au feu de bois et veillée aux aurores pour une expérience inoubliable!

Jour 4: Retour en matinée pour un solide petit déjeuner et une bonne douche. L’après-midi balade sur les rives du lac Inari(l’un des plus grands de Finlande) et photos de paysages tout en repérant de nouveau points de vue inédits pour les aurores. Le soir venu, chasse aux aurores!

Jour 5: Repos en matinée ou balade selon l’envie. L’après-midi, direction les Fjords norvégiens pour un dépaysement renouvelé et varier le soir venu les opportunités de photographier les aurores.

Jour6: Repos le matin puis direction la réserve nationale de Sompio, qui permet souvent d’observer les rennes en totale liberté. Repas typiquement finlandais cuit au feu de bois en soirée et veillée aux aurores au bord du lac.

Jour 7: Repos le matin ou balade à Inari pour rapporter des souvenirs du voyage. En soirée retour au chalet, avant un nouveau départ vers un nouveau point de vue fascinant, le plus haut observatoire ornithologique de Finlande! Il offre un des plus beaux points de vue sur la foret environnante, et dernière chance de photographier les aurores.

Jour 8: Préparation des bagages avant direction l’aéroport de Ivalo.

Budget: 1190€ + billet d’avion, environ 350€ au départ de Paris. Informations et inscriptions au 06.28.33.77.78

2ème session du 13 au 20 septembre 2014

Rendez-vous au festival de l’oiseau 2013 !

L’association sera présente au festival de l’oiseau 2013. Vous pourrez nous rencontrer sur notre stand du vendredi 26 au dimanche 28 avril 2013. Vous pourrez ainsi découvrir le garrot à œil d’or et faire imprimer vos photos dans le cadre des rencontres de la photographie nature.

C’est l’occasion de venir discuter aurores boréales, photo nature, ou tout ce qui touche à la photographie de nature!

visuel-festival-de-l-oiseau

Interview: Chevêchette, un chouette livre!

C’est au tour de Frédéric Renaud et Denis Simonin de se préter au jeu de nos interviews, avec la parution de leur livre « Chevêchette »
Frédéric Renaud Denis Simonin livre chevechette

Adepimage :
Bonjour Denis et Frédéric, pouvez-vous vous présenter?

Denis:
Bonjour Christophe. J’ai commencé la photo au du temps du N&B en labo, puis principalement lors de mes voyages, avant de la laisser un peu de coté au profit d’activités plus sportives en montagne. C’est en 2004, avec la démocratisation des reflex numériques que j’ai redécouvert la photo. Je me suis alors orienté de plus en plus vers la photo animalière, qui est devenue une véritable double passion : celle de la photo alliée à celle de la nature. C’est la photo qui m’a amené à découvrir et aimer la nature, à reconnaitre et connaitre des animaux dont je ne connaissais pas même l’existence. Habitant Grenoble et pratiquant la montagne, j’ai une très forte attirance pour la faune de montagne. La photo nature regroupe énormément de pratiques différentes, et seule la rencontre avec la vraie nature sauvage me motive. La phase de recherche et de préparation fait pour moi partie entière du travail de photographe naturaliste, c’est même la plus passionnante, c’est de l’engagement mis dans cette phase que dépendra le plaisir d’obtenir de bonnes images.

Fred :
pour ma part, j’ai pratiqué la photo de reportage et de sport en montagne avant de m’intéresser à la photo animalière. L’avènement du numérique a aussi été un élément primordial dans ma pratique en ouvrant des possibilités jusqu’alors limitées avec l’argentique. Originaire du Haut-Doubs, j’ai toujours été sensible à la faune de moyenne montagne et mon arrivée à Grenoble m’a permis de découvrir les espèces de haute montagne. Je privilégie la photo de proximité, préférant arpenter des secteurs que je connais bien à la recherche d’espèces plus ou moins communes. Il faut dire que les massifs isérois sont très riches et très diversifiés en faune. La recherche, l’observation et la connaissance aussi bien de « mon territoire » que des animaux me passionnent, partager ces instants
est une des motivations de ma démarche.

Adepimage : Maintenant, c’est au tour de votre petite chouette d’être présentée, puisqu’elle est le sujet principal de votre ouvrage !
D’un point de vue étymologique, quelqu’un qui ne connaît pas l’oiseau peut légitimement s’imaginer que la chevêchette une « petite chevêche » ? Dans quelle mesure ?

Denis et Fred:
Effectivement, beaucoup de gens assimilent chevêche et chevêchette. Si elles sont un certain nombre de points communs, y compris une physionomie ressemblante, ce sont vraiment 2 espèces totalement différentes de par leur milieu de vie et leurs mœurs. La chevêche est relativement commune sur la totalité du territoire français, et se retrouve dans des habitats variés (plaines agricoles, vergers, patûrages,), souvent proche des activités humaines.  La chevêchette quant à elle se trouve exclusivement en forêt d’altitude dans les massifs de l’est de la France (Vosges, Jura, et principalement Alpes), dans des milieux très sauvages. De par sa très petite taille (environ 15cm de haut) et l’endroit où elle vit, son observation est beaucoup plus difficile que celle de la chevêche.
chevêchette_06

Adepimage : Avant ce travail, quel était le niveau de connaissance de l’espèce ? Votre travail a-t-il permis de compléter ces connaissances ? Avez-vous collaboré avec des ornithologues, chercheurs spécialisés sur l’espèce etc ?

Au départ, le niveau de connaissance se limitait à savoir qu’elle existait, connaitre son biotope et son chant. Ensuite, oui nous avons énormément appris sur cette espèce à son contact. Je peux même dire que quasiment tout ce que nous savons d’elle, nous l’avons observé sur le terrain. Nous n’avons pas vraiment collaboré avec des ornithologues, par contre toutes nos informations, y compris sur les sites de nidification, nous les avons transmises à la LPO.

Adepimage : Lorsque l’on travaille assidûment sur une espèce, on peut être amené à croiser plusieurs fois un même individu, voir le suivre sur une période plus ou moins longue, est-ce le cas pour vous?
Est-il possible de reconnaître certains individus, si oui comment ?

Sur une période donnée (un cycle de repro), on est certain de recroiser toujours les mêmes individus mais il impossible de reconnaitre un individu d’une année sur l’autre sauf s’il a vraiment un signe distinctif particulier, ce qui ne nous est jamais arrivé. Ensuite on peut faire des suppositions, lorsqu’une année on retrouve des individus dans le même secteur que l’année d’avant, mais même si nous sommes convaincus que c’est le même, il n’y a pas de certitude absolue.
chevêchette_20

Adepimage : Une monographie peut souvent être perçue comme un sujet élitiste ou réservé à un public restreint depassionnés /spécialistes, et donc pas forcément « vendeur » ou risqué pour un éditeur. Est-cela qui a dicté votre choix d’auto-édition ou une envie de contrôler votre projet de A à Z ?

Si nous avions eu un éditeur qui s’était jeté sur le projet, nous l’aurions pris. Au départ, nous avons tenté d’une part de démarcher des partenaires financiers, et d’autre part des éditeurs. Mais devant le peu de résultat et voyant que nous ne pourrions être prêt pour Montier en Der, nous avons abandonné ces voies et lancé  une souscription, non sans une certaine appréhension car de son succès
dépendait le projet. Finalement la souscription a dépassé nos espérances et nous a permis de financer une partie du projet. Au final, nous ne regrettons pas du tout d’avoir fait ce choix d’auto-édition, nous nous sommes fait plaisir en concevant ce livre de A à Z, sans aucune contrainte extérieure et dans un délai impossible à tenir si nous avions du composer avec un éditeur.

Adepimage : Vous avez choisi de travailler en binôme afin de cumuler votre présence sur le terrain, et de mutualiser vos observations et connaissances de l’espèce. Concrètement comment cela se passait-il ? Partagiez-vous chacun un espace de travail ou cumuliez-vous un temps de présence sur les même sites?(ou un mixe ?)

C’est simple, nous avons tout partagé. Au départ, nous avons échangé des infos sur des localisations, sur des observations. Puis, nous avons uni nos efforts pour rechercher les sites de nidification, pour obtenir les comportements que nous n’avions pas (accouplements, nourrissages)., et pour avoir des images d’un maximum de milieux différents. A deux on passe deux fois plus de temps sur le terrain, on a donc deux fois plus de chance de pouvoir photographier la scène souhaitée.. Concernant le travail sur livre, nous avons sélectionné ensemble les images, et avons écris et travaillé les textes à deux.
chevechette envol avec une proie13

Adepimage : Un travail en binôme, si c’est une complémentarité évidente, c’est aussi devoir faire des concessions, avez-vous eut des divergences ?

Sur la manière de travailler, non aucune, nous avons la même vision de la pratique de la photo nature. Sur le choix des images, avec la quantité de bonnes images de l’espèce que nous avons chacun,  il y en a forcément que l’on aurait aimé voir dans le livre et qui n’y sont pas, mais là non plus il n’y a jamais eu de divergence.  Le but était de montrer le maximum de choses de la vie de la chevêchette et pas « nos 120 plus belles photos de chevêchette ».

Adepimage : Dans ce type de travail de longue haleine, il y a toujours des moments clés, ou inespérés que nous offre la nature, un peu en récompense d’un long labeur. Avez-vous réalisé des observations
voir des clichés que vous n’auriez jamais rêvé ?

Denis : Oui, la photo de la chevêchette en train de plumer la mésange : je n’ai eu qu’une seule fois l’occasion d’assister à une telle scène, je crois que Fred ne l’a jamais vu non plus, et elle s’est déroulée à moins de 10m de mon objectif, avec un fond uni… une série d’images que je n’aurais pas rêvé faire.
chevêchette_11

Fred : jusqu’à cette année, toutes les scènes de nourrissages de jeunes auxquelles j’avais pu assister se passaient très haut dans les arbres, et les images n’étaient pas très intéressantes. C’était un de mes objectifs de l’année, et ce printemps, j’ai eu la chance de pouvoir observer et photographier ces scènes avec une très grande proximité, parfois même au grand angle, et dans des conditions de lumière parfaitement exploitables.

Adepimage: A l’inverse avez-vous manqué des moments clés ou vraiment espérés, compte tenu de conditions météo défavorables, de prédation etc…

Nous aurions aimé pouvoir réaliser des photos d’accouplement sans flash, mais l’occasion ne s’est pas présentée. Même si nous pensons avoir réalisé un travail assez complet sur cette chouette, il y a encore des comportements que nous avons observé sans pouvoir les photographier. Le bain, une prédation « en direct », ou l’envol d’un jeune de la cavité…
chevêchette_12

Adepimage : Si vous ne deviez retenir qu’une seule photo chacun (que vous avez réalisée), quelle serait-elle et pourquoi ?

Denis : Une de la série du plumage de mésange. De telles images ne se commandent pas, on ne peut pas les mettre en scène, elles nous sont offertes par la nature. Je n’ai jamais eu l’occasion de voir d’autres images d’une telle scène.

Fred : Difficile de choisir, chaque image est chargée de souvenirs… Le coucher de soleil page 32 par exemple, parce que c’est une image que j’avais espéré pouvoir faire. J’avais justement prospecté ce secteur pour son orientation face au soleil couchant, et pour pouvoir exploiter les belles lumières du soir.
chevêchette_02

Adepimage : Et quelle est la photo de votre binôme que vous préférez ?

Denis : Difficile d’en choisir une seule… alors peut-être celle du nourrissage (page 152 du livre) parce que je n’ai jamais pu en faire d’aussi bonne o)

Fred : j’aime beaucoup ses photos dans les mélèzes, mais je retiendrai aussi celle sous les flocons, c’est une ambiance dans laquelle j’aimerais beaucoup photographier la chevêchette.

Adepimage : La sortie du livre est une belle consécration pour tout travail de longue haleine. Allez-vous continuer à photographier « vos » chevêchettes ?

Fred et Denis:
Oui bien sur, mais de toute évidence en y consacrant beaucoup moins de temps ! Et puis sans parler de photo, juste pour aller les observer, ou le plaisir d’emmener quelqu’un les observer.

Adepimage : J’imagine que l’actualité du livre va vous occuper un moment, après avoir notamment exposé à Montier, y-a-t-il d’autres rencontres prévues ?

C’est vrai qu’une fois le livre sorti, le travail n’est pas fini, les ventes, les envois, la promotion prennent beaucoup de temps. Nous essayerons d’exposer dans différents festivals ou évènements dans l’année, le programme n’est pas encore défini mais toutes les dates seront disponibles et annoncées sur le site www.unchouettelivre.com ou sur la page Facebook du bouquin…

Adepimage : Pensez-vous à d’autres collaborations ? Si oui, sur quel sujet ?

Denis : Cette collaboration n’a pas été calculée à l’avance, ça s’est présenté comme ça. Vu que cela s’est bien passé, oui pourquoi pas, mais il n’y a pas de projet aujourd’hui dans ce sens.
Fred : notre collaboration continue, sur le terrain avant tout et dans le partage, pour aller plus loin dans l’observation et la photo, et c’est bien là l’essentiel pour nous.

Festbaie: Nouveau festival et concours d’Images Nature en baie du Mont Saint Michel

L’association est heureuse de vous annoncer l’organisation de la première édition du festival d’images nature de la Baie du Mont Saint Michel les 29-30-31 mars 2013.

Baie_du_Mont_Saint_Michel_01

Un concours d’Images nature(photos, dessin, aquarelle etc ) est aussi organisé. Toutes les informations sur le site du festival:

Festival festibaie

Une réunion d’information ouverte au public se tiendra le vendredi 8 février prochain à 18h30 à la salle des fêtes(à côté de la mairie) de Pontorson. Vous pourrez vous tenir au courant des dernières nouvelles du festival et aussi participer à l’organisation de cet évènement!

Sa petite équipe sera heureuse de vous accueillir autour d’un pot convivial.

Partenariat impressions Festimages 2013

Pour la deuxième année consécutive, Adepimage renouvelle son partenariat avec festimages.

Vous pourrez donc réaliser des tirages grands format pendant toute la durée du festival, mais nouveauté cette année, aussi profiter des conditions spéciales festival en avance!
Stand_impressions_Festimages

En effet, si vous avez un ou plusieurs tirages à réaliser vous pouvez nous envoyer les fichiers dès maintenant, vous éviterez ainsi les délais d’attente pendant le festival ou le risque de ne pouvoir tous les réaliser!

Un acompte de 30% du prix de la commande est demandé. Payable par chèque, virement bancaire, carte bancaire ou paypal. Date limite de réception des commandes: 15 janvier.

Nous pouvons aussi réaliser votre exposition(panneaux dibond etc) pour le festival à conditions spécial festimages! Afin d’obtenir un devis personnalisé, vous pouvez nous contacter au 06.28.33.77.78 ou par mail: tirages.festimages (at) adepimage.com

Prix des tirages spécial festival

Taille des tirages 30×45 40×60 50×75 60×90
Papier brillant HP 235g 5€ 7€ 9€ 14€
Papier satiné HP 235g 5€ 7€ 9€ 14€
Papier mat Tecco PM 230g 5€ 7€ 9€ 14€
Tecco brillant HG 260g 7€ 10€ 12€ 16€
Papier HP satin pro 300g 7€ 10€ 12€ 16€
Harman mat 300g 9€ 16€ 22€ 32€

Passer commande de vos tirages:

  1. Préparez les fichiers que vous souhaitez faire tirer(les originaux NEF ou RAW donnent les meilleurs résultats, surtout pour de grands formats)
  2. Choisissez le ou les formats que vous souhaitez ci-dessus, et additionnez-les pour obtenir le prix total.
  3. Envoyez-vous vos fichiers à l’adresse mail indiquée ci-dessus.
  4. Vous recevrez votre confirmation de commande et votre facture.
  5. Vous réglez le montant de l’acompte avec le mode de paiement que vous préférez.
  6. Vous récupérez vos tirages pendant le festival.

16eme nuit internationale de la chauve-souris: rendez-vous le 24 aout 2012

A l’occasion de la 16ème nuit internationale de la chauve-souris, l’association proposera une animation photo permettant d’observer en temps réel les chauves-souris sur écran!

Chauve souris en vol
Chauve souris en vol

Venez découvrir les chauve-souris comme vous ne les avez jamais vues! Après une présentation de leur mode de vie , nous nous rendrons sur une mare fréquentée par celles-ci à la nuit tombée pour espérer voir les premiers animaux.

Afin de ne pas déranger le site et les animaux, il sera possible d’observer à distance mais en direct les animaux venant chasser et boire sur la mare grâce à un système de piège photographique automatisé.

Rendez-vous dans le Cotentin, sur la place de l’école du Mesnil au Val(50110) à 20h30.

Animation gratuite limitée à 6 places. Inscription obligatoire au 06.28.33.77.78

Bottes et lampe de poche conseillées.

En fonction des conditions météo, l’animation pourra être reportée au samedi 25 aout.

Facebook